Dentalcare logo

Gérer l’érosion dentaire : Connaissances actuelles et directions futures

Numéro du cours: 517

Âge du patient et facteurs de risque

L’usure dentaire érosive est épisodique tout au long de la vie et peut commencer dès la petite enfance. Il est généralement admis que l’usure dentaire érosive des dents de lait peut être le signe de futurs problèmes d’érosion dans la dentition permanente. Bien que des études dans la littérature aient suggéré que la prévalence de l’érosion dentaire se situe entre 7 % et 74 %, une méta-analyse d’études chez des adolescents et des jeunes adultes présentant au moins une lésion érosive a révélé une prévalence globale de 30 % de l’usure dentaire érosive, et cette condition devient encore plus fréquente avec l’âge.44 Les différentes étiologies jouent généralement un rôle plus important à différents âges. La figure 9 montre un cas d’érosion et d’attrition.

Usure dentaire érosive multifactorielle avec érosion et attrition.

Figure 9.

Usure dentaire érosive multifactorielle avec érosion et attrition.

Les facteurs de risque pour l’usure dentaire érosive sont, entre autres : 1) les habitudes alimentaires (quantités, fréquence, mode de consommation des aliments et boissons acides) ; 2) les reflux gastriques (RGO, boulimie, vomissements de grossesse) ; 3) la xérostomie - la réduction du flux salivaire diminue la dilution et la clairance de l’acide ; et, 4) l’exposition à des agressions mécaniques telles que des aliments durs, un mauvais brossage de dents et le bruxisme (grincement des dents). La gravité des attaques acides varie en fonction du pH de l’acide et de sa capacité tampon, du fait que la boisson est sirotée ou ingérée ou prise avec une paille, de son temps de contact, de l’épaisseur de la pellicule acquise et de la salivation. La réduction du flux salivaire représente le plus grand facteur de risque et doit être évaluée. L’usure dentaire érosive est irréversible et, si elle est observée chez les enfants ou les adolescents, on peut s’attendre à ce qu’elle progresse si aucune intervention n’est effectuée.

Lors de l’examen d’une érosion mineure, il convient de tenir compte de l’âge du patient, de ses habitudes et du caractère physiologique ou pathologique de l’usure. Un diagnostic précoce est particulièrement important car les patients ne cherchent généralement pas à se faire soigner avant d’avoir ressenti une douleur ou un problème esthétique.

La réalisation d’une évaluation de l’érosion dentaire permet aux praticiens dentaires d’avoir un aperçu de certaines des autres habitudes d’un patient. Par exemple, la récession au-dessus des lésions du NCCL de la figure 10 suggère que ce patient s’est probablement brossé les dents avec une brosse à dents rigide et a abrasé les tissus, ce qui a entraîné une gencive peu adhérente, une récession et une lésion érosive très profonde. Il convient de gérer correctement ce type d’affection, en plus des autres problèmes que connaît le patient.

La présence de lésions du NCCL suggère la probabilité de mauvaises habitudes de brossage.

Figure 10.

La présence de lésions du NCCL suggère la probabilité de mauvaises habitudes de brossage.