Guide pour le diagnostic clinique différentiel des lésions de la muqueuse buccale
Tumeurs bénignes des glandes salivaires de la muqueuse buccale

Auteur(s) du cours : Michael W. Finkelstein, DDS, MS

Tumeurs bénignes des glandes salivaires de la muqueuse buccale

Les tumeurs bénignes apparaissant dans les glandes salivaires sont en général encapsulées, à croissance lente et non sensibles. La muqueuse qui les recouvre est d’apparence normale sauf si elle a subi un traumatisme. Les tumeurs des glandes salivaires peuvent apparaître partout sur la muqueuse buccale, sauf sur le palais dur antérieur et moyen, la gencive et la muqueuse alvéolaire attachée. Il est important de rappeler que certains néoplasmes malins des glandes salivaires grossissent parfois lentement, sont bien circonscrits et non sensibles, et ressemblent donc à une tumeur bénigne. Les tumeurs qui peuvent ressembler à un néoplasme bénin sont le carcinome adénoïde kystique, l’adénocarcinome polymorphe d’évolution lente, le carcinome muco-épidermoïde d’évolution lente et l’adénocarcinome à cellules acineuses.

L'adénome polymorphe*, aussi connu sous le nom de tumeur mixte, est la tumeur des glandes salivaires la plus courante. Il se situe le plus souvent sur la parotide. Les tumeurs des glandes salivaires mineures apparaissent le plus souvent sur le quadrant postérieur latéral du palais dur, mais peuvent également toucher toute région de la muqueuse qui comporte des glandes salivaires. L’adénome polymorphe présente des caractéristiques cliniques semblables à celles de nombreuses autres tumeurs bénignes naissant dans les glandes salivaires et le tissu mésenchymateux. Le traitement passe par l’ablation chirurgicale complète et le diagnostic microscopique. Dans de très rares cas, un carcinome apparaît dans un adénome polymorphe préexistant.

img67 plemomorphic adenoma
Adénome polymorphe

L’adénome monomorphe est un terme générique qui désigne un groupe de néoplasmes bénins des glandes salivaires présentant des caractéristiques microscopiques différentes de l’adénome polymorphe. Ce terme est rarement utilisé aujourd'hui. On utilise plutôt le nom précis de l’adénome, comme adénome canalaire, adénome à cellules basales, oncocytome ou autre. Le traitement passe par une biopsie par excision et un diagnostic microscopique. L’ablation complète de la lésion permet la guérison.

Le cystadénolymphome papillaire, ou tumeur de Warthin, vient probablement de tissus des glandes salivaires piégés dans les ganglions lymphatiques. Presque tous les cas apparaissent dans la parotide, et la maladie est plus courante chez les adultes âgés. Elle est bilatérale dans 5 à 14 % des cas. Le cystadénolymphome papillaire se traite par l’ablation chirurgicale et le disagnostic microscopique. Certains spécialistes pensent que la lésion est souvent multicentrique, ce qui expliquerait un taux de récidive (ou de persistance) d’environ 10 %. Le pronostic est bon.

L’adénocarcinome polymorphe d’évolution lente* est un néoplasme malin qui naît dans les glandes salivaires. Il fait partie de la catégorie des néoplasmes salivaires bénins, car son développement est généralement lent; il dure longtemps et il n’est pas douloureux. Cette tumeur apparaît presque exclusivement sur les glandes salivaires mineures. Le traitement passe par une grande ablation chirurgicale. Les métastases dans les ganglions lymphatiques cervicaux ne sont pas courantes, et les métastases distantes sont rares. Si la lésion récidive, elle peut souvent être traitée avec succès à l’aide d’une autre ablation chirurgicale. Le pronostic est relativement bon, et rares sont les cas mortels.
img68 polymorphous lg adenocarcinoma
Adénocarcinome polymorphe d’évolution lente

L’adénocarcinome à cellules acineuses est un néoplasme malin des glandes salivaires qui apparaît le plus souvent sur la parotide. Il se présente généralement sous la forme d’une lésion à croissance lente bien circonscrite qui peut être confondue avec une tumeur bénigne. Il peut parfois s’accompagner de douleurs ou de paresthésie. Le traitement passe par l’excision chirurgicale complète et le diagnostic microscopique. Les lésions des principales glandes pourront imposer l’ablation de l’ensemble de la glande.

Le carcinome adénoïde kystique* est un adénocarcinome des glandes salivaires. Il peut ressembler à une tumeur bénigne, mais se présente aussi parfois avec des douleurs. La tumeur a tendance à envahir les nerfs. Le traitement passe par l’ablation chirurgicale complète. Le carcinome adénoïde kystique se caractérise par sa récidive et ses métastases, et présente un très mauvais taux de survie de 20 ans.

Le carcinome muco-épidermoïde* est un carcinome des glandes salivaires qui contient des cellules muqueuses et des cellules squameuses. Le carcinome muco-épidermoïde présente un éventail de caractéristiques microscopiques qui correspondent généralement à un comportement clinique. Les lésions majoritairement composées de cellules muqueuses (lésions d’évolution lente) se développent lentement, sont compressibles et relativement moins agressives. Les lésions majoritairement composées de cellules squameuses (lésions de haut grade de malignité) ont tendance à se développer plus rapidement, à être fermes et infiltrantes. Il faut souligner que tous les carcinomes muco-épidermoïdes sont des néoplasmes malins qui peuvent récidiver et développer des métastases. Le traitement passe par l’ablation chirurgicale complète et un diagnostic microscopique. Le pronostic dépend du stade (étendue de la tumeur) et du grade microscopique. Les tumeurs d’évolution lente ont un pronostic relativement bon, mais les tumeurs de haut grade présentent un pronostic semblable à celui des carcinomes à cellules squameuses.

img69 mucoepidermoid carcinoma
Carcinome muco-épidermoïde
Pour visualiser l’arbre décisionnel pour les lésions de la muqueuse buccale, cliquer sur l’une des options suivantes.