Guide pour le diagnostic clinique différentiel des lésions de la muqueuse buccale
Tumeurs bénignes et malignes

Auteur(s) du cours : Michael W. Finkelstein, DDS, MS

Tumeurs bénignes et malignes

Si une hypertrophie des tissus mous semble être une tumeur, le praticien doit déterminer si elle est bénigne ou maligne. Les tumeurs bénignes sont généralement mieux définies ou circonscrites et présentent un rythme de croissance plus lent, de quelques mois à quelques années, que les néoplasmes malins. Les néoplasmes malins sont plus susceptibles d’être douloureux et d’entraîner des ulcérations de l’épithélium sus-jacent que les lésions bénignes. Puisque les néoplasmes malins envahissent ou infiltrent les muscles, les nerfs, les vaisseaux sanguins et les tissus conjonctifs environnants, ils se fixent ou adhèrent aux structures qui les entourent durant la palpation. Certaines tumeurs bénignes se fixent également aux structures qui les entourent, mais d’autres sont enveloppées d'une capsule de tissu conjonctif fibreux, qui peut permettre de faire bouger la lésion dans le tissu, indépendamment des structures environnantes.

Les tumeurs bénignes peuvent se diviser en quatre catégories : les tumeurs épithéliales, les tumeurs mésenchymales, les tumeurs des glandes salivaires et les kystes des tissus mous. Bien que les kystes des tissus mous ne soient pas des tumeurs, leurs caractéristiques historiques et cliniques sont semblables à celles des tumeurs bénignes. Chacune de ces catégories possède à son tour des sous-catégories, comme indiqué dans les tableaux 5 à 8.

Tableau 5. Tumeurs épithéliales bénignes.
Tableau 6. Tumeurs mésenchymateuses bénignes.
Tableau 7. Tumeurs bénignes des glandes salivaires.
Tableau 8. Kystes des tissus mous.
* Néoplasmes malins qui présentent parfois les caractéristiques cliniques et historiques des néoplasmes bénins.
Pour visualiser l’arbre décisionnel pour les lésions de la muqueuse buccale, cliquer sur l’une des options suivantes.