DentalCare Logo

Concepts actuels en dentisterie préventive
Quatre types de pathologies

Auteur(s) du cours : Connie M. Kracher, PhD, MSD

Quatre types de pathologies

Leucoplasie orale – « Lésion blanche »

Étiologie – infection de la muqueuse buccale. La leucoplasie est causée par un champignon, Candida albicans. Le tissu épithélial infecté peut devenir hyperplastique avec formation d’un excès de kératine de surface (callosités). Une autre cause fréquente de leucoplasie est le tabac, généralement la cigarette. L’identification de la leucoplasie est importante, car un pourcentage de ces taches blanches se transformera en cancer de la bouche.

Indices visuels types – une plaque blanche circonscrite qui ne s’efface pas avec de la gaze. Le plus souvent trouvée sur la muqueuse buccale, le bord latéral et le côté ventral de la langue, le plancher de la bouche, et les lèvres.

Données démographiques et cliniques – lus fréquentes chez les adultes, en particulier chez les hommes âgés. Pas aussi fréquent chez les patients de moins de 40 ans. Le diagnostic comprend les diagnostics différentiels qui excluent d’autres lésions blanches qui peuvent être effacées.

Recommandations sur le traitement – Le type de traitement est déterminé par de multiples facteurs, tels que l’âge, les habitudes tabagiques, l’état médical, l’emplacement et la taille de la lésion. Souvent, une biopsie est nécessaire pour déterminer son potentiel précancéreux. Pour les patients qui ont reçu un diagnostic de dysplasie modérée à sévère, l’AAOMP recommande l’ablation complète de la tache blanche, afin de prévenir le développement du cancer de la bouche. Une lésion sur trois repoussera. Le risque de récidive est plus élevé chez les patients qui continuent de fumer. Il est recommandé de réexaminer le patient périodiquement et des biopsies répétées sont généralement recommandées.

Signification clinique – Les lésions buccales présentes chez les fumeurs devraient être examinées avec une suspicion accrue pour de possibles lésions précancéreuses ou cancéreuses.

Figure 6. Leukoplasie.
Image présentant une leucoplasie
Image courtoisie de la AIDS Image Library

Érythroplasie – « Lésion rouge »

Étiologie – macule rouge chronique qui ne peut être diagnostiquée comme toute autre lésion rouge après un diagnostic différentiel. Les facteurs de risque comprennent l’exposition chronique à des composants cancérigènes présents dans tous les types de tabac et les prothèses dentaires mal ajustées.

Indices visuels types – une lésion plate ou légèrement surélevée avec un aspect velouté. Peut se produire sur le plancher de la cavité buccale, la région ventrale de la langue, la muqueuse buccale ou le palais mou.

Renseignements cliniques utiles – une lésion indolore et tenace plus fréquente chez les hommes adultes et les patients qui déclarent faire usage du tabac.

Recommandations de traitement – cette lésion a 90 % de chances d’être prémaligne. Si la biopsie révèle que la lésion est précancéreuse, un traitement poussé est indiqué et le patient devra être évalué de nouveau à des intervalles réguliers afin de déceler tout autre changement de la muqueuse buccale.

Signification clinique – L’érythroplasie est moins fréquente que la leucoplasie, mais elle est beaucoup plus susceptible d’être précancéreuse ou cancéreuse.

Figure 7. Érythroplasie.
Image présentant l’érythroplasie
Image courtoisie du NYU College of Dentistry

Carcinome épidermoïde

Étiologie – idiopathique (inconnue). Plus de neuf des dix cancers diagnostiqués dans la cavité buccale et l’oropharynx sont des carcinomes épidermoïde. Les facteurs de risque comprennent : le tabagisme, la consommation d’alcool, le rayonnement solaire, la prédisposition génétique, les carences nutritionnelles, l’immunosuppression et les infections, comme la leucoplasie candidale et le papillomavirus humain.

Indices visuels typiques – Les lésions précoces apparaissent comme des cellules plates et écailleuses; les tissus adjacents sont généralement fermes à la palpation et peuvent présenter une leucoplasie et/ou une érythroplasie résiduelle.

Renseignements cliniques utiles – Plus fréquent chez les hommes adultes; les symptômes comprennent une hypertrophie continue, une douleur locale, une irradiation de la douleur souvent jusqu’à l’oreille et une paresthésie de la lèvre inférieure.

Recommandations de traitement – le patient est dirigé vers le chirurgien buccal pour une biopsie et un traitement. Il sera également dirigé vers un prestataire médical pour un traitement approprié (radiothérapie, chimiothérapie). Le patient devrait être vu régulièrement dans votre cabinet pour une réévaluation et être conseillé au sujet de ses facteurs de risque qui ont contribué au cancer.

Importance clinique – Un diagnostic précoce est crucial, car la présence de ganglions lymphatiques métastasiques assombrit grandement le pronostic. Environ 50 % des patients ont des ganglions lymphatiques métastatiques au moment du diagnostic; c’est pourquoi il est si important de procéder à un examen extra-buccal avec un examen intra-buccal. Les patients ayant déjà eu un cancer courent plus de risques de récurrence. Le taux de survie sur cinq ans est de 45 à 50 %.

Figure 8. Carcinome épidermoïde.
Image présentant un carcinome épidermoïde
Image courtoisie de Associated Content

Mélanome malin

Étiologie – néoplasme malin de cellules productrices de mélanine. L’exposition chronique aux rayons du soleil et un teint clair augmentent le risque de lésions cutanées.

Indices visuels typiques – Diamètre supérieur à 0,5 cm, contours irréguliers, pigmentation irrégulière, tout changement de la pigmentation, ulcération de la muqueuse superficielle, lésion maculaire (prolifération superficielle) ou surélevée (nodulaire), apparaît le plus souvent sur les gencives et le palais.

Renseignements cliniques utiles – Apparaît le plus souvent chez les hommes adultes, habituellement indolore, s’agrandit rapidement.

Recommandations de traitement – Dirigez le patient vers un chirurgien buccal pour la biopsie et le traitement, et vers son fournisseur de soins médicaux.

Signification clinique – Le mélanome malin est une forme extrêmement agressive de cancer; un diagnostic précoce est essentiel et les patients qui présentent un mélanome au niveau de la bouche font généralement face à un mauvais pronostic. Pour la muqueuse de la peau, le taux de survie sur cinq ans est de 65 % et pour la muqueuse orale, le taux est de 20 %.

Figure 9. Mélanome.
Image présentant un mélanome malin
Image courtoisie de DoctorSpiller.com