Prévention des caries

L’incorporation initiale du fluorure dans les préparations dentaires et la recherche de la teneur en fluorure des dents ont donné des résultats contradictoires. La « tache brune » associée à une trop grande ingestion de fluorure était considérée comme une « carie typique » dans un article présenté en 1904 à la German Society of Surgery. 3 Mckay et Black ont enquêté sur ce qui avait été appelé la Colorado Brown Stain dès 1916. Ils ont constaté que cette tache était présente dans d’autres communautés et l’ont associée au réseau communal d’approvisionnement en eau, bien qu’ils n’étaient pas certains de la cause. 4 Ces résultats et d’autres ont amené le United States Public Health Service à mener des enquêtes épidémiologiques pour étudier à la fois les caries dentaires et la fluorose dentaire à la fin des années 1930. 5 Lorsqu’il a été confirmé que l’apport de fluorure de l’eau était associé à la prévalence de la fluorose dentaire ainsi qu’à une réduction des caries dentaires, de nombreux systèmes et stratégies de distribution ont été étudiés pour optimiser les avantages des fluorures tant au niveau communautaire qu’individuel. En 1937, une préparation dentaire prétendant prévenir la carie n’a pas été favorablement considérée par le Council on Dental Therapeutics de l’American Dental Association (ADA). La possibilité de toxicité, les conditions d’utilisation et les questions d’absorption ont mené l’ADA à conclure que « l’utilisation du fluorure dans les dentifrices est non scientifique et irrationnelle, et ne devrait donc pas être autorisée ». 6 À l’époque, les problèmes dentaires étaient considérés comme une affaire personnelle. La constatation du principal motif de rejet des recrues par l’armée durant la Seconde Guerre mondiale, soit le résultat d’une mauvaise santé buccodentaire, a changé cette perspective. Très rapidement, la santé buccodentaire est devenue un enjeu de sécurité nationale et a été reconnue comme un problème de santé publique. La fluoration de l’approvisionnement en eau de la collectivité est considérée comme une mesure de santé publique idéale. Les premières études se sont déroulées à Grand Rapids, MI en 1945, et à Muskegon, MI qui servait de ville témoin. D’autres études menées dans des villes jumelées ont également été entreprises à la même époque. Les résultats, dans l’ensemble, ont démontré une réduction importante des caries dentaires sans fluorose dentaire esthétiquement déplaisante, lorsque la concentration en fluorure dans l’approvisionnement en eau locale était maintenue à environ 1 ppm. 4 On pensait que le mécanisme d’action était principalement l’incorporation de fluorure dans la structure de l’émail, réduisant ainsi la solubilité de l’émail.